Outils en ligne : Videos EBRSR Stroke Engine
À propos de nous

Comité consultatif de la communauté de l’AVC

Le comité conseille le Partenariat sur son orientation scientifique dans le cadre de l’examen de ses projets de recherche, donne sa rétroaction aux scientifiques sur les propositions de recherche qui seront présentées aux organismes subventionnaires, entretient des relations étroites avec le Comité consultatif sur l’application des connaissances du PCRA et passe en revue les ressources et les outils destinés à la communauté des survivants de l’AVC.

Scott Ardiel :

Scott Ardiel était au début de la quarantaine quand il a été frappé par un AVC qui l’a rendu aphasique. « Super papa » pour ses fils Ben, 12 ans, et Aiden, 10 ans, il est chef scout et bénévole fort actif à l’école publique Sheridan Park de Toronto. Avant son AVC, il travaillait comme développeur TI à la Banque royale du Canada. Avec sa femme Janie Dobie, Scott Ardiel a participé au lancement du groupe de jeunes survivants de l’AVC de Peel-Halton ([email protected]). Il participe infatigablement aux activités de l’Aphasia Institute et notamment à son annuel Toronto Challenge. Scott et sa famille aiment le ski, le vélo et la natation.

Lori Beaver :

La Calgarienne Lori Beaver avait une belle carrière en tourisme autochtone lorsqu’elle a été victime d’un AVC en novembre 2003. L’accident cérébrovasculaire était dû à une dissection de l’artère carotide qui a paralysé son côté droit et l’a rendue aphasique. Elle a passé quatre mois au Centre médical Foothills pour y réapprendre à parler et marcher. Plusieurs années après, elle est retournée à l’hôpital Foothills pour y offrir ses services comme pair bénévole d’aide aux patients avec AVC. De concert avec le personnel du Programme de l’AVC de Calgary, elle a créé INSPIRES (un programme de soutien des patients avec AVC hospitalisés en voie de rétablissement), qui compte maintenant treize pairs. Elle participe également à plusieurs événements de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et a parlé de son expérience au Congrès canadien de l’AVC qui avait lieu à Calgary en 2012. Mme Beaver éprouve encore des difficultés à marcher et à se servir de sa main. Elle continue à faire des exercices pour combattre la spasticité (rigidité) de ses muscles.

Josée Côté :

En choisissant d’étudier l’électronique au CÉGEP à 17 ans, Josée Côté se destine à une carrière inhabituelle pour une femme à cette époque. Technicienne en TI au début de sa carrière, elle crée en 1999 une firme de consultants et offre des services conseils à des entreprises de premier plan au Québec – dont l’avionneur Bombardier, le Cirque du soleil, le Mouvement Desjardins et la Banque Nationale. L’activité physique est son remède pour gérer le stress. En 2011, à l’âge de 47 ans, elle est victime d’un AVC pendant son jogging près de chez elle à Ste‑Dorothée, en banlieue de Montréal. Son côté gauche est paralysé, mais elle déjoue le destin. À l’aide de thérapies intensives, elle réapprend à marcher. Après une parenthèse de près de trois ans, la mère de trois jeunes adultes reprend le travail en mars 2014 : elle coordonne des projets de cybercommerce.

Jane Dobie :

Épouse de Scott Ardiel, aphasique depuis un AVC au début de la quarantaine, Mme Dobie s’est jointe à lui pour l’aider à lancer le groupe de jeunes survivants de l’AVC de Peel-Halton. Elle plaide vigoureusement en faveur d’une sensibilisation à l’enjeu que constitue l’aphasie. Mère de deux enfants, elle est une bénévole active. Depuis plus de 25 ans Mme Dobie occupe diverses fonctions au siège social de la Banque royale du Canada.

Garima Dwivedi :

Haut fonctionnaire au gouvernement fédéral, Garima Dwivedi a été victime d’un AVC en 2014. Elle est mère de deux adolescents. Mme Dwivedi a fréquemment pris la parole en public pour illustrer les défis auxquels font face les personnes en voie de rétablissement après un AVC. Oratrice éloquente, elle a fait part de son expérience personnelle en séance d’ouverture de la première réunion du PCRA sur les progrès en rétablissement de l’AVC.

Carole Laurin :

Carole Laurin a survécu à plusieurs AVC quand elle avait 42 ans. Hémiplégique, elle n’a pas été en mesure de poursuivre sa carrière dans l’enseignement. Elle a voulu être un exemple pour ses deux enfants, ce pourquoi elle a réappris à s’asseoir et à marcher. En moins d’un an, avec l’aide de sa famille et de ses amis et après plus de 400 interventions médicales et thérapeutiques, elle a surmonté son handicap. Écrivaine et artiste, Mme Laurin est une bénévole et une militante dévouée à la cause des survivants de l’AVC et est membre du Comité sur l’application des connaissances du PCRA.

Hector Mackenzie :

Diplômé des Universités de Toronto et d’Oxford, M. Mackenzie est l’historien principal du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international et professeur auxiliaire de recherche en histoire à l’Université Carleton. Il a survécu à un AVC ischémique majeur en août 2008 grâce à l’intervention prompte de sa famille et des services médicaux d’urgence. Ses soins amorcés moins d’une heure après l’AVC à l’hôpital général de Kingston ont non seulement sauvé sa vie, mais aussi sa qualité de vie. Depuis, il a pris la parole lors de conférences et de réunions évoquant les soins de l’AVC du point de vue du patient.

Nathalie Michaud :

Mme Michaud, épouse et mère de deux adolescentes, vit à Ottawa depuis plusieurs décennies où elle a acquis une réputation enviable à titre de directrice commerciale dans le domaine des télécommunications. L’AVC qu’elle a subi en mars 2013, à l’âge de 48 ans, était dû à la dissection d’une artère cervicale. Nathalie Michaud continue encore aujourd’hui à travailler avec diligence en vue de son rétablissement.

Erin Nokes :

Maman au foyer et femme entrepreneur, Erin Nokes a subi la dissection d’une artère vertébrale en 2013 à l’âge de 32 ans alors qu’elle jouait à la garderie de sa fille. Elle est une bénévole fort active dans la communauté qui s’est constituée autour du rétablissement de l’AVC et milite en faveur de la recherche. Pas encore entièrement rétablie, elle y consacre beaucoup d’énergie et entend réussir une course de cinq kilomètres cette année.

Andrew Parr :

Le golfeur Andrew Parr a été deux fois champion amateur de l’Ontario, puis il a fréquenté l’université Texas A&M grâce à une bourse de golf complète et a été nommé golfeur All-America avant de passer au rang des professionnels. À 24 ans, le natif de London (Ontario) a été victime d’un AVC dont il s’est complètement rétabli. Bénévole actif, porte-parole passionné du milieu du rétablissement de l’AVC et militant en faveur de la recherche, il a été remarqué par les médias en 2013 quand il a lancé une campagne de soutien par la foule («crowdsourcing ») de son entraînement et de ses tournées. Une présence active dans les médias sociaux, Andrew Parr produit des balados (podcasts) informatifs sur la santé et le bien-être (www.andrewparr.com).

Stephanie Spooner :

Stephanie Spooner a été victime d’un AVC hémorragique au début de la vingtaine alors qu’elle étudiait en vue d’un diplôme en kinésiologie à l’Université de Waterloo. Elle a diligemment suivi ses séances de physiothérapie et de réadaptation afin d’être en mesure d’obtenir le diplôme. Ensuite, elle a terminé des études de maîtrise en gestion de la santé à l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa. Elle travaille à l’Hôpital d’Ottawa où elle veille à ce que d’autres obtiennent le même niveau exceptionnel de soins dont elle a bénéficié. Elle est membre de la Stroke Survivors Association of Ottawa où elle était antérieurement une bénévole dans le programme « Peer-to-Peer ». Elle continue à travailler en vue de son rétablissement, notamment en fréquentant un gymnase, en prenant des cours de Zumba et en se portant volontaire pour participer à de nouveaux traitements.