Outils en ligne : EBRSR Stroke Engine
Nouvelles
Wisdom of Life

La conférence consensuelle CanStim lance une plateforme pour des essais cliniques sur la stimulation du cerveau

PHOTO : Le Dr Alexander Thiel de l’Université McGill, à gauche, et la Dre Jodi Edwards de l’Institut de cardiologie d’Ottawa, à droite, ont présidé la conférence consensuelle CanStim, à laquelle assistaient 18 chercheurs de pointe venus de tous les coins du Canada. La conférence se déroulait dans le cadre d’un essai clinique national portant sur l’impact qu’a la stimulation du cerveau sur le rétablissement après un AVC.

 

Des chercheurs de partout au Canada se sont réunis à Montréal fin novembre à l’occasion d’une conférence animée de deux jours visant à mettre sur pied la Plateforme canadienne d’essais en stimulation cérébrale non invasive (CanStim), un projet ambitieux lançant un réseau multicentrique national d’essais cliniques pour étudier l’effet de la stimulation cérébrale sur le rétablissement post-AVC.

CanStim avait remporté la plus haute note dans le concours de subventions catalyseur appelé CaSTOR (Canadian Stroke Trials for Optimized Results, Essais canadiens en vue de résultats optimaux post-AVC), une initiative conjointe du Consortium neurovasculaire canadien et du Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC (PCRA).

Lors de la conférence présidée par le Dr Alexander Thiel de l’Université McGill et la Dre Jodi Edwards, directrice du Brain and Heart Nexus Research Program à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, 18 chercheurs se sont penchés sur l’état de la littérature, puis en petits groupes ont fait un exercice de remue-méninges visant à définir des protocoles de stimulation et de traitement, à examiner les doses thérapeutiques optimales, à cibler les patients à enrôler dans des essais cliniques, à choisir les mesures appropriées de résultat et à déterminer les exigences en matière d’imagerie et de banque de données.

À la conférence consensuelle de deux jours, les chercheurs ont assisté à des présentations thématiques par le Dr Adam Kirton de l’Université de Calgary sur les mesures de résultat utilisés dans son travail auprès d’enfants avec AVC, par le Dr Shawn Boe de l’Université Dalhousie sur les pratiques optimales en interventions de réadaptation, par le Dr Thiel sur la sélection de populations de patients et par la Dre Edwards sur l’optimisation des paramètres de stimulation.

Mme Katie Lafferty du PCRA a animé un exercice destiné à cerner les priorités qui a permis aux participants de dégager un consensus sur ce qu’ils estiment être les paramètres clés d’un protocole de stimulation du cerveau.

Les participants étaient fortement d’accord sur la majorité des éléments de consensus définis pour chaque thème. Ils ont abordé les prochaines étapes pour CanStim en tant que plateforme nationale et convenu de piloter le protocole dans une étude de faisabilité au printemps de 2018. Le groupe a mis les touches finales à un questionnaire de faisabilité qui sera diffusé à tous les sites et a constitué un comité de rédaction des résultats de la conférence consensuelle et du protocole, documents qui seront présentés en vue de leur publication au début de 2018.

Le protocole consensuel visant l’utilisation de la stimulation magnétique transcrânienne pour le rétablissement des fonctions motrices figure parmi les premiers efforts à l’échelle nationale pour renforcer la capacité d’essais cliniques dans la recherche sur le rétablissement post-AVC. Si elle réussit, CanStim pourrait offrir une plateforme pour tester à l’avenir d’autres modalités et protocoles de stimulation cérébrale pour le traitement des déficits post-AVC.

« La conférence consensuelle CanStim a constitué une première étape essentielle vers l’utilisation des technologies de stimulation cérébrale comme thérapies de réadaptation complémentaires pour les personnes vivant avec un AVC au Canada », a déclaré la Dre Edwards. « Ce que nous avons appris de ce processus, c’est le degré de complexité inhérent à la mise en pratique clinique de cette technologie novatrice dans le cas d’une maladie hétérogène comme l’AVC, mais nous espérons que CanStim offrira une plateforme qui fournira les données d’essais cliniques nécessaires pour faire progresser ces thérapies du laboratoire à la clinique de réadaptation. »

Laisser un commentaire