Outils en ligne : Videos EBRSR Stroke Engine
Nouvelles
Wisdom of Life

L’AVC chez les jeunes adultes

Guide sur L’AVC chez les jeunes adultes : Conseils et outils en vue d’un meilleur rétablissement

La toute première ressource pour les jeunes adultes survivants d’un AVC et leurs familles vient d’être publiée par le Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC de la FMC, le Programme de l’AVC de l’Université de Toronto et la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

Fort attendu, le Guide sur L’AVC chez les jeunes adultes s’appuie sur l’expertise de douzaines de cliniciens et les témoignages de survivants et de leurs proches aidants. Il répond à plus de 25 questions et préoccupations les plus fréquentes qu’ont les jeunes adultes et leurs familles après un AVC.

Parmi les sujets abordés figurent la prise en charge de la douleur, le bouleversement des relations personnelles, le retour au travail ou à l’école, l’obtention d’un permis de conduire, la prévention d’une récidive et les troubles de la communication.

« Même si la maladie est surtout associée avec un âge avancé, l’AVC peut frapper à tout âge », affirme le neurologue Rick Swartz du Programme de l’AVC de l’Université de Toronto et du Centre de sciences de la santé Sunnybrook. « Quatre AVC sur cent surviennent entre les âges de 18 à 45 ans. »

Le taux d’incidence de l’AVC est de un sur 10 000 jeunes adultes par année au Canada.

Alors que le taux des décès dus à l’AVC a baissé considérablement au cours de la dernière décennie, le nombre d’AVC chez les jeunes adultes a augmenté, selon un rapport de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC paru en 2014. À l’échelle internationale, les chercheurs prédisent que le taux d’incidence parmi les jeunes adultes doublera au cours des 15 prochaines années.

« Les jeunes adultes devront vivre longtemps avec les séquelles d’un AVC et il est urgent de les aider à se rétablir le mieux possible », dit le Dr Dale Corbett, directeur scientifique et chef de la direction du Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

Même en présence de facteurs de risque tels que les problèmes cardiaques, les lésions du cou, l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité, le tabagisme, la vie sédentaire, le stress, la consommation de drogues douces ou les prédispositions génétiques, dans un tiers des cas, l’AVC chez les jeunes adultes de 18 à 45 ans est de cause inconnue.

Cliquez ici pour télécharger le pdf.

Laisser un commentaire