Outils en ligne : Videos EBRSR Stroke Engine
Ressources

Ressources

L’AVC est une maladie dévastatrice. Au Canada, 7,1 % des personnes âgées de 65 à 74 ans vivent avec les séquelles d’un AVC. Chaque année au Canada, les AVC sont la cause de 4,5 millions de jours de soins en établissement et de la perte de plus de 280 000 années de vie pondérées par la qualité; ses coûts annuels en soins directs s’élèvent à près d’un milliard de dollars. L’AVC est, par conséquent, la première cause d’handicap neurologique permanent au Canada.

On estime que 58 % des patients retournent chez eux après un AVC. Un grand nombre de ces patients souffrent de dépression, tout comme jusqu’à 30 % de leurs proches aidants.

Une vérification des services pour l’AVC au Canada effectuée en 2011 a permis de constater que seulement 37 % des patients victimes d’un AVC modéré à grave reçoivent les soins de réadaptation même les plus standards au cours des semaines qui suivent l’AVC, malgré les preuves abondantes des bienfaits qu’ils pourraient en tirer. Au Canada, on estime à 50 000 les AVC qui surviennent chaque année.

La réadaptation standard post-AVC, dans la plupart des cas, se termine après trois mois, moment auquel l’on présume que le rétablissement spontané prend fin et qu’un plateau a été atteint.

« Nous avons fabriqué tous ces plateaux à l’aide de nos préjugés sur la manière dont le cerveau fonctionne », dit Dale Corbett, directeur scientifique du Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC, une initiative conjointe de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et de centres qui sont des chefs de file de la recherche sur l’AVC au Canada. « Pourtant, le rétablissement se poursuit pendant des mois, voire des années après un AVC. »